ÉLEVAGE D’HERISSONS

ÉLEVAGE D’HERISSONS

A l’état sauvage, les hérissons se reproduisent très souvent après  

l’hibernation. La reproduction des hérissons se fait ainsi à partir du mois de mai ou de juin à l’approche de la saison estivale.

Le hérisson est un animal solitaire, qui ne recherche de la compagnie qu’en période de reproduction. Ce sont essentiellement des animaux nocturnes c’est-à-dire restant actifs la nuit.

Ils sont dans notre jardin, libres d’aller et venir, nourris régulièrement avec des croquettes pour chien, du miel et de l’eau. Ils adorent et reviennent tous les soirs vers 22.00 nous dire bonsoir.

Lorsqu’à l’automne l’offre de nourriture naturelle se raréfie et que de nombreux hérissons doivent encore se constituer une réserve de graisse pour l’hiver ou lorsque les hérissons sortent de l’hiver tout amaigris, il est utile de placer des mangeoires dans la nature et dans le jardin.

Avec des graisses animales et végétales de haute qualité ainsi que des vitamines et minéraux essentiels, cette nourriture sèche assure une alimentation saine et augmente les chances de survie des hérissons adultes.

Le hérisson est un auxiliaire du jardinier, que ce dernier doit préservé dans son jardin. Il limite considérablement la présence, et les dégâts, des limaces et des escargots. Il agit la nuit, comme un fidèle gardien du jardin.

Le hérisson hiverne durant les mois d’hiver. La période idéale pour le voir actif est la tombée de la nuit du mois d’avril jusqu’au mois de septembre. Il fait alors beaucoup de bruits : grognant, soufflant, et s’il est inquiété il pousse de petits cris et se met en boule. Si vous l’approchez calmement, le hérisson ne s’enfuira pas.
Le hérisson est un excellent grimpeur et nageur, il creuse aussi très facilement pour passer sous les clôtures.

L’accouplement a lieu entre mai et juin. La gestation dure 5 à 6 semaines. La mère met bas 4 à 6 petits durant le début de l’été (juin-juillet). Elle les allaite jusqu’à leur sevrage et départ du nid, 2 mois après la naissance, soit au début de l’automne. C’est alors une course contre la montre : les jeunes doivent manger suffisamment pour survivre à l’hiver. Ce premier hiver est le premier risque de mortalité chez le hérisson.

Les indices de la présence d’un hérisson dans son jardin sont :
– Ses crottes : déposées au hasard, cylindriques jusqu’à 10 mm de diamètre et 4 cm de long, d’un noir brillant, avec des restes d’insectes et d’élytres.
– Ses empreintes : laissées dans un sol meuble et humide, elles ressemblent à de petites mains à 5 doigts de 2,5 cm de long et de large pour les pattes antérieures et de 3cm pour les membres postérieurs.

Pour les non-bricoleurs : quelques idées pour fabriquer un abri à hérisson, fallait juste y penser !

Une simple planche, bien calée le long d’un mur.
Mettez un bon tas de feuilles mortes dessous ou de la paille.
Pour étancher, fixez une vieille toile cirée ou posez une bâche dessus. Caler la planche avec des pierres pour qu’elle ne glisse pas.

Quatre parpaings à même la terre, disposés en carré près d’une haie ou sous une haie.
Garnissez de feuilles mortes ou de paille.
Posez une planche pour le toit et une bâche pour protéger le nid de la pluie.
Quelques pierres empêcheront la bâche de s’envoler

Ne faites pas les nids trop petits. Ayez toujours en tête qu’une hérissonne peut y faire son nid et y élever ses bébés. Il peut y en avoir jusqu’à six. La mère hérissonne doit pouvoir se mouvoir autour des petits et se coucher près d’eux.

Sous le tas de bois dans le bûcher.
En rangeant vos bûches pour l’hiver, faites une cachette en dessous en intercalant des bûches perpendiculairement.
Glissez des feuilles mortes ou de la paille dans l’ouverture.

Sous un escalier ou un appentis : endroit idéal à l’abri du vent et de la pluie. Mettez une caisse retournée dans laquelle vous aurez fait une ouverture de 12 x 12 cm pour le passage du hérisson.
Remplissez la boîte de feuilles mortes ou de paille.

Pensez à utiliser des matériaux inutilisés plutôt que de les jeter, ils peuvent être recyclés en abri. Exemples : une vieille niche à chien, une petite palette glissée sous un tas de bois ou une haie, un fût que vous couchez avec des cales pour qu’il ne roule pas (à condition qu’il n’ait pas contenu de produits toxiques), de vieilles bordures de jardin, des briques, des tuiles, des pierres, des planches, etc. Laissez votre imagination vous guider. Le principal c’est que le toit soit étanche, que l’abri soit posé à l’ombre, à l’abri du vent et de la pluie.

Ne prenez pas un hérisson pour le mettre dans votre jardin.
Il s’agit peut-être d’une femelle qui allaite ses petits, vous condamneriez toute la portée à une mort certaine !

Abri à fabriquer : pour les bricoleurs

Cette petite maison en bois est conçue tout spécialement pour moi.

Elle peut être posée n’importe où dans le jardin, à condition d’être dans un endroit calme, ombré et à l’abri du vent.

Si je dois traverser un grand terrain à découvert pour y accéder, je n’irai probablement pas, car j’aime vivre caché… je suis très timide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 + 9 =



Warning: sizeof(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/wp-content/plugins/bmo-expo/classes/theGallery.php on line 136